senior et menopause

Avec l’âge, huit lemmes sur dix grossissent. Elles prennent en règle générale entre quatre et dix kilogrammes entre 20 et 55 ans. « C’est normal », répondent d’ordinaire la plupart des médecins interrogés. Mais alors, comment font toutes celles qui ne grossissent pas ?

Bien sûr, les différences de corpulence persistent. Un surpoids avant la ménopause favorise la prise de poids ultérieure. Mais que l’on soit mince, ronde ou grosse, ménopausée ou en passe de le devenir, prendre du poids vers 50 ans n’est pas obligatoire ! Mieux, ces quelques kilos supplémentaires peuvent s’éviter, à condition d’y penser avant. La prise de poids après 50 ans se prévient mieux qu’elle ne se traite.

A quoi est-ce dû ?

Les changements hormonaux sont incriminés en priorité, bien que les données restent discordantes. Le manque d’œstrogènes modifie la répartition des graisses, favorisant leur stockage autour du ventre. La faute aux hormones ? « Pas seulement l’alimentation, le sport et une circulation veineuse déficiente favorisent la prise de poids. Après 50 ans, le corps consomme moins d’énergie son rendement est moins bon. La femme perd du muscle et le remplace par du gras » explique Lucas Bon, fondateur de Reponses-bien-vieillir.fr.

Une prise de poids régulière

Quelques centaines de grammes s’accumulent chaque année. Jusqu’au moment où, trop serrée dans ses vêtements, la femme “saute” une taille.

Que se passe-t-il à la cinquantaine ?

La ménopause peut accélérer la prise de poids due à l’âge en cas de prise de poids excessif au cours des grossesses, de contexte familial d’obésité, de stress, de dépressions ou d’auto-régimes à répétition. Voilà pourquoi, il vaut mieux la prévenir.

La ménopause sans les kilos, les 3 points-clés…

Manger de tout et cuisiner

L’heure est à l’équilibre alimentaire, au retour en force du goût et des produits de terroir.

Il faut inclure dans ses repas toutes les familles d’aliments. Manger de tout, un peu et beaucoup, seulement de temps en temps. Contrôler, oui. Se restreindre, non.

C’est bon à tout âge

  • Composer ses menus d’aliments de base riches en nutriments : légumes et fruits (le plus possible), viande, poisson, œufs, produits laitiers. La majorité des plats préparés ou aliments transformés industriels sont hypercaloriques, mais vides sur le plan nutritionnel. Ils doivent rester une solution de dépannage.
  • Optimiser l’apport oméga 3 – oméga 6 (saumon, sardines et huile de colza).
  • Contrôler la consommation d’aliments gras ou sucrés, aisément stockés : viennoiseries, desserts, aliments frits, sodas et “faux” jus de fruits. Limiter les excès, alcool compris.

A la ménopause

  • Manger au moins autant qu’avant. La restriction vulnérabilise. Trop de femmes diminuent !es portions, favorisant les déficits nutritionnels et surtout le grignotage.
  • Prendre garde aux attirances pour le sucré et le grignotage. Les variations hormonales et les coups de blues accentuent les envies de sucré. L’appétit pour les aliments riches en nutriments s’en trouve diminué.
  • Maintenir ses apports en protéines. S’ils sont insuffisants, c’est la fonte des muscles assurée. Manger un morceau de viande ou de poisson de 125 à 150 grammes par jour, complété avec les protéines des fruits et légumes.
  • Veiller aux vitamines du groupe B présentes dans les légumes et les laitages, au zinc et au sélénium dans les fruits de mer.
  • Attention aux apéritifs répétés, au petit verre qui remonte le moral.

Lutter contre la rétention d’eau

Une mauvaise circulation sanguine entraine un phénomène de rétention qui se traduit sur la balance par la prise de 1 à 8 kilogrammes. Pour éviter que l’eau stagne dans les tissus, quatre pistes à suivre.

  • Gare aux sels de table, certaines charcuteries aux additifs ‘éponges”, fromages, eaux gazeuses, riches en sodium. Penser aux lentilles, fèves ou pois chiche bourrés de potassium.
  • Manger la bonne dose de protéines. Trop ou pas assez favorise l’œdème.
  • Inutile de trop boire. 1,5 1 de liquide par jour équivalent à un thé ou un café le matin, un l’après-midi, deux verres d’eau au repas et l’eau des fruits et légumes.

Vous avez soif ? N’hésitez pas à vous préparer une infusion drainante.

Indispensable: l’activité physique

Pour ne pas grossir, manger équilibré ne suffit pas. Une femme qui conserve la même silhouette à 20 et 50 ans perd, elle aussi, en masse musculaire et gagne en masse grasse.

Un conseil ? Pratiquer des sports qui requièrent un travail d’endurance: marche sur le sable sec, randonnée, natation, gym aquatique, Pilates ou stretching. Si cela ne suffit pas, essayez le garcinia cambogia, les avis semblent bons pour perdre du poids. Un bon point, ces activités sollicitent les muscles profonds, responsables du tonus vasculaire.