Emploi Avenir est
VOTRE association qui édite les sites
senioragir.fr, junioragir.fr et prépare le
Jour "J" de l'Emploi


INTERVIEW


Vu 11353 fois



Viviane NOIROT
Rédactrice, Responsable de communication (92)

« J’aime transmettre, apprendre, apporter quelque chose aux autres »

L’écrit, le sens de la formule, le choix des mots… Viviane NOIROT s’épanouit dans la rédaction d’articles, de reportages, d’inter-views au sein de services de communication ou de magazines institutionnels. A l’aise tant à l’écrit qu’à l’oral, notamment dans le marketing téléphonique, elle cherche de nouvelles missions pour exprimer ses talents.

Vous aimez les mots, vous aimez écrire. D’où vous vient cette passion ?
De mon oncle, de ma grand-mère, sans doute. L’un comédien, l’autre artiste dans l’âme.
L’écriture est le lien, la résonance, en accord avec leur mémoire.

Vous êtes une sorte de « touche à tout » dans la communication. Pourquoi ?
J’aime transmettre, apprendre, apporter quelque chose aux autres. Cela est vrai aussi bien pour les photos que je prenais (nous avions un budget modeste) et qui illustraient mes articles.

Parlez-nous des missions que vous avez particulièrement appréciées

L’angle réécriture de ma mission chez Havas Voyages. Je mettais en forme les témoignages des collaborateurs et des anciens de notre Groupe, tout en respectant leur phrasé et leur esprit. L’écriture de contes que j’ai écrits enregistrés pour le Réseau France Outre Mer. L’utilisation de ma voix, le travail avec les techniciens.

Votre aisance orale vous a entraîné dans le marketing téléphonique. De quelles actions
s’agissait-il ?
Récolter des dons pour le professeur Alain Deloche (la chaîne de l’Espoir). J’ai appelé cela « le marathon du don ». J’étais sourde à la fin de la journée mais je ne rentrais pas bredouille. Ce qui est étonnant, c’est que la plateforme téléphonique est située dans l’ancien hôtel particulier de Sarah Bernard, dans le 17e. Je déclamais pour la bonne cause !


Chargement du player en cours ...


 

Quelle satisfaction en avez-vous tirée ?
Je me remets volontiers en question. Alors, avoir été sélectionnée, sur des critères d’expression orale, de timbre de voix et de force de conviction, c’était appréciable. J’ai aussi apprécié rencontrer des collègues de cultures variées et avoir pu joindre ma voix à la leur.

A l’aube de la retraite, vous souhaitez poursuivre votre carrière. Quels types de secteur, de fonction, de contrat recherchez-vous ?
Je serais tentée de dire, tous secteurs, parce que j’aime apprendre et m’adapter. En particulier : l’événementiel, parce que je suis réactive, tenace et pour utiliser mon imagination. Les médias, en particulier la radio, pour son côté ludique et chaleureux. L’animation, le service, auprès des enfants ou bien des personnages du 3e âge, pour transmettre, être utile. Un mi-temps serait l’idéal. Ou des horaires à la carte. Des missions. Mais tout est une question d’aménagement et d’harmonie.

Avez-vous envisagé des pistes telles l’auto-entrepreneuriat ?Bien sûr. J’ai créé une micro-entreprise pour pouvoir être rémunérée en tant que rédacteur indépendant. Cela dit, les propositions sont rares et les charges plutôt lourdes. Pas très sécurisant.

Pensez-vous qu’il est difficile pour un senior de retrouver un emploi même en mission ?
Les seniors sont en quelque sorte rayés de la carte. C’est un fait. Cela va changer mais en attendant… Il faudrait créer un groupe de rock, de slam, pour chanter le mal être des seniors dans l’économie d’aujourd’hui. C’est peut-être un débouché !

Vous êtes membre de l’association Arc de Seine, quels bénéfices en tirez-vous ?
Des contacts et l’impression que les choses vont bouger. Nous avons un maire très ouvert et dynamique.

Propos recueillis par Martine Triquet

 

Lire son CV


Comment ça marche ?
        Qui sommes-nous ?      Contacts        Infos légales       Partenaires