LIRE LA PAGE :

PRATIQUE : CONSULTANT INDEPENDANT


 

De plus en plus de seniors, assurés de détenir une expertise à toute épreuve, et boudés par les recruteurs, ont souvent le réflexe de se mettre à leur compte. « Plutôt que de me lancer hasardeusement dans la création d’une entreprise, et si je devenais consultant ? » Pourquoi pas en effet. Encore faut-il bien élaborer son plan d’action et surtout réunir des qualités indispensables à la maîtrise de ce métier apprécié par les entreprises en quête de conseils. Si vous voulez sauter le pas et devenir votre propre patron n’oubliez pas qu’être consultant en quelque domaine que ce soit requiert des compétences en prospection, en analyse, en communication et en gestion. N’imaginez pas vous enrichir dans les premiers mois de votre activité. Armez-vous de patience et de ténacité. Comprenez que vous êtes seul avec votre matière grise et que vous allez devoir progressivement vous créer un réseau. Mettez toutes les chances de votre côté en mémorisant les choses à faire et à ne pas faire listées ci-après.

Un consultant indépendant doit :

définir les limites possibles de ses interventions
  1. élaborer un business-plan
  2. avoir une aptitude à la prospection
  3. repérer les entreprises les plus gourmandes en conseils et la nature de leurs besoins
  4. ne pas hésiter à suivre une formation, à contacter des consultants confirmés
  5. se faire connaître par mail personnalisé, sur des salons, par blog, se faire recommander par des proches, des prescripteurs
  6. être patient et résistant au stress
  7. s’informer sur les tarifs des prestations (de 600 à 1 000 euros en moyenne par jour) mais ne pas hésiter à négocier en fonction de la structure de l’entreprise et de la nature de l’intervention
  8. comprendre les réelles attentes (souvent mal définies) de ses clients
  9. disposer d’une capacité d’analyse et de synthèse, être réactif, être force de propositions, aller au-delà des attentes de ses clients
  10. s’informer sur les meilleures méthodes de communication afin de savoir s’exprimer et s’adapter à ses interlocuteurs, apprendre à retenir l’attention.
  11. Utiliser des moyens attractifs pour faire passer votre message : présentation en vidéo, dessins, jeux… toutes les astuces de communication sont bonnes à condition de ne pas  être hors sujet
  12. Savoir s’intégrer aux groupes de travail
  13. Faire de la veille sur son domaine d’expertise
  14. respecter les délais imposés par ses clients.

Un consultant indépendant ne doit pas :

  1. se lancer dans le métier tête baissée sans le moindre client, sans argent et sans réflexion sur le métier
  2. considérer une formation comme étant inutile, ne pas se documenter
  3. tabler sur une rentabilité immédiate de son travail
  4. surévaluer son niveau d’expertise sous prétexte d’approcher de nouveaux clients
  5. effectuer des campagnes d’e-mailing en masse : mieux vaut cibler une clientèle, un secteur en regard de son domaine de compétence
  6. surtarifer ses interventions sous prétexte que vous êtes reconnu dans le métier
  7. être arrogant « je suis un gourou, moi seul détient la vérité »
  8. utiliser un jargon obscur pour masquer ses difficultés à communiquer tant à l’oral qu’à l’écrit
  9. arriver en retard lors des rendez-vous, faire durer plus que de raison l’expertise

Quelques sites pour en savoir plus :

www.syntec-management.com

www.lentreprise.com/2/1/dossier/10399/

www.journaldunet.com/management/dossiers/0701172-consultant-independant/index.shtml

www.salonmicroentreprises.com/olivier-helbe.htm

 

 

 


Comment ça marche ?
        Qui sommes-nous ?      Contacts        Infos légales       Partenaires